Les Belles – Dhonielle Clayton

71ovugJi1KL.jpg

DATE DE PARUTION:
22 Février 2018

NOMBRE DE PAGES:
486

EDITEUR:
R-Jeunes adultes

4E DE COUVERTURE:
Ne souffrez plus pour être une Belle.

Dans le monde opulent d’Orléans, les gens naissent gris, ils naissent condamnés, et seules les Belles peuvent, grâce à leur talent, les transformer et les rendre beaux. En tant que Belle, Camélia Beauregard est presque une déesse dans cet univers où triomphe le culte des apparences.
Or Camélia ne veut pas se contenter d’être une Belle. Elle rêve de devenir la favorite choisie par la reine d’Orléans pour s’occuper de la famille royale et d’être reconnue comme la plus douée du pays. Mais une fois Camélia et ses soeurs Belles arrivées à la cour, il s’avère que la position de favorite tient davantage du cauchemar. Derrière les ors du palais, les noirs secrets pullulent…
Le premier volet d’une série éblouissante.

RESUME:
Que dire de plus, le résumé de la 4e de couverture est relativement complet. Dans ce premier tome on va suivre Camélia, une Belle. Dans un monde où tous naissent gris être une belle semble être une bénédiction, car alors vous êtes considérées comme des déesses. Les Belles ont le pouvoir de transformer les Gris, de leur donner des couleurs de façonner leur apparences. Dans le monde de Camélia, c’est le culte de l’apparence et les gens sont prêt à tous les sacrifices pour améliorer leur apparence. Régulièrement, de nouvelles fournées de  Belles se produisent lors du carnaval durant lequel la reine d’Orléans choisit celle qui sera sa favorite. Celle qui sera considérée par tout le Royaume, comme la plus douée de toutes. C’est le rêve de Camélia, entrainée depuis toute petite à embellir les gens, elle rêve d’être la meilleure de ses soeurs. Mais tout ne se passe pas comme prévu. Camélia déchante très vite et il s’avère que la vie à la cour n’est pas aussi rose qu’il y parait.

AVIS:
Je ne sais pas s’il s’agit de l’histoire où de la période où j’ai commencé ma lecture (période de partiels peut être pas l’idéal), mais j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire.  C’est certainement du au fait que l’auteure à vraiment fait un énorme travail pour créer le Royaume d’Orléans et toutes les îles dans lesquelles évoluent les Belles. Il faut parvenir à entrer dans cet univers et à ne pas s’y perdre. Finalement je m’y suis faite et j’ai beaucoup apprécié. Le cadre est celui de la cour, cela rappel un peu « la sélection » de Kiera Cass et j’ai apprécié cet univers toujours bourré de paraitre et de complot.

J’ai apprécié le personnage de Camélia même si je n’ai pas toujours compris son comportement. On comprend assez rapidement qu’elle est très forte, qu’elle a beaucoup de pouvoirs et qu’elle possède une âme rebelle. Alors je n’ai pas compris qu’elle reste si passive dans certaines situations.

J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup d’intrigues qui naissaient en même temps et finalement assez peu de réponses, ce qui est très frustrant.

Malgré l’accueil plus que chaleureux pour ce roman, je dois avouer que je me suis quelque peu ennuyé jusqu’à environ la moitié de ma lecture. L’histoire est assez longue à mettre en place, il faut réussir à nous faire entrer dans cet univers particulier, à en comprendre les règles et les enjeux, il parait évident que cela ne peux pas se faire en un claquement de doigt. Néanmoins la seconde partie du roman est haletante, tout s’enchaine et on veut vraiment en savoir plus. J’ajouterai que l’histoire s’accélère vraiment vers la fin et qu’on aimerait en lire plus tout de suite (mais il faudra attendre 2019 d’après mes sources qui ne sont jamais très fiables).

Contrairement à la plupart des personnes saines d’esprit j’ajouterai que j’ai adoré le personnage de la Princesse Sophia, je ne veux pas en dire trop dans l’hypothèse où vous n’auriez pas lu « Les Belles » mais si vous regardez Game Of Thrones sachez que Sophia c’est un peu la Geoffrey Baratheon d’Orléans et c’est un personnage qui est réellement bien construit pour laquelle on éprouve une telle antipathie qu’on ne peut que l’aimer (et avoir envie de lui rendre la monnaie de sa pièce aussi, mais ça…)

En résumé, une bonne lecture j’ai hâte de lire la suite et de voir comment l’auteure va faire évoluer tout ce petit monde. C’est aussi une belle manière de dénoncer une société dans laquelle les apparences prime sur tout le reste et où celles qui furent longtemps considérées comme des déesses pour leur incroyable don finissent par être réduite en esclavage car l’homme est toujours foutrement incapable de se contenter de ce qu’il a.

NOTE:
4/5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s