Je t’ai rêvé – Francesca Zappia

couv53327220.jpg

DATE DE PARUTION:
12 Novembre 2015

NOMBRE DE PAGES:
450

EDITEUR:
R-Jeunes adultes

4e DE COUVERTURE:
La folie est son quotidien, rien ne la préparait à être  » normale « .
– On joue au jeu des vingt questions ?
– OK , mais c’est moi qui les pose cette fois.
– Ça marche.
– Si je devine en moins de cinq questions, je serai vraiment déçue.
Il esquisse un sourire et répond :
– Ne m’insulte pas.
– Est-ce que tu es vivant ?
– Oui.
– Tu habites ici ?
– Oui.
– Je te connais ?
– Oui.
– Est-ce que je t’ai rêvé ?

RESUME:
Alexandra est schizophrène. Elle voit des choses qui n’existent pas. On découvre sa pathologie suite à l’épisode du Homard du supermarché. Alex à été sage alors elle à le droit de regarder les Homards. Un petit garçon s’approche d’elle et ils décident de devenir amis. Puis Alex plonge la main dans l’aquarium, elle veut sauver les Homards. C’est sa première crise. Elle ne revoit pas le jeune garçon aux yeux bleus jusqu’à ce jour, dans le restaurant dans lequel elle travaille où elle sert Miles, un garçon blond avec d’étonnant yeux bleus. Mais est-il celui qu’elle croit? Ou est ce encore une de ses hallucinations?
Alexandra va avoir le temps de se poser la question puisqu’elle entre dans le lycée que fréquente Miles peu de temps après. Elle n’y connait personne à part Tucker, avec lequel elle travail au restaurant et Miles, ce type un peu étrange, qui se comporte comme un connard mais qu’elle est incapable de fuir.

AVIS:

Mon dieu que j’aime Francesca Zappia, si « Eliza et ses monstres » avait déjà été un gros coup de coeur, je ne sais pas comment qualifier « Je t’ai rêvé ». C’était vraiment une grosse claque et putain (et vraiment désolée pour la vulgarité mais je milite pour que putain entre dans le langage courant parce que des fois on ne trouve pas quoi dire et que putain ça colle avec tout, un peu comme merde, si vous suivez Kaamelott, a bon entendeur). Oui je fais encore des digressions. Je disais donc, putain ce que j’aime cette auteure.

La magie avec « Je t’ai rêvé » c’est que Francesca Zappia parvient, non pas à nous faire suivre le quotidien d’Alexandra, mais bien de le vivre, de le vivre comme si nous étions nous même schizophrène. Au premier abord c’est assez déroutant et il faut un petit moment pour rentrer dans l’histoire, même s’il ne faut pas plus de trois ligne pour s’attacher irrémédiablement à Alexandra. Il faut un petit moment parce que, normalement, quand on lit on comprend tout, l’intrigue s’installe petit à petit et même s’il y a une part de mystère on peut faire confiance à ce qui est écrit et construire nos propres théories. Sauf que là c’est tout bonnement impossible, c’est impossible parce qu’on est schizophrène. Parce que tout comme l’héroïne on est incapable de savoir ce qui est vrai et ce qui est juste une hallucination.

On est baladé entre illusion et réalité en permanence. Les choses les plus improbables sont réelles et les choses dont on aurait jamais douté ne le sont pas. On ne sait jamais ce qu’on peut croire, ni à quoi se fier. On se demande en permanence si les personnages sont réels où s’ils ont été inventés par le cerveau malade d’Alexandra et ça, c’est incroyable. On est vraiment dans la tête d’Alex, obligé de douter de tout en permanence et c’est franchement incroyable.

Puis que dire d’Alex et de Miles ils ont tous les deux leur façon d’être et ils sont vraiment très attachant. Comme Alex on se rend compte que Miles est un connard (et cette fois je ne suis pas vulgaire je ne fais qu’utiliser les termes de l’auteure.) mais on est incapable de le fuir, on veut en apprendre plus sur lui, on veut savoir s’il est bien le petit garçon yeux-bleus de l’aquarium à Homard et se qu’il cache sous son apparence froide. On veut savoir si Miles est réel. On l’espère de tout notre coeur.

C’était vraiment une lecture époustouflante et je suis vraiment contente d’avoir lu ce livre, ne pas le faire aurait été une terrible erreur ! D’ailleurs vous devriez lire Francesca Zappia parce que cette fille est une magicienne. Elle fait de nous des personnages de roman à part entière, c’est bien plus que se plonger dans un livre c’est en faire partie corps et âmes et vibrer à l’unisson de ses personnages. Vous devez lire je t’ai rêvé, parce que c’est un livre magique qui traite d’un sujet difficile avec beaucoup de poésie et de bienveillance. Puis parce que Francesca Zappia n’est pas une adepte des fins heureuses et ça bizarrement c’est rafraichissant.

NOTE:
5/5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s